Lille, Lomme, Hellemmes : les ratés d’une union trop libre

L’association entre les communes de Lille, Lomme et Hellemmes ne tourne pas rond, indique un rapport interne confidentiel auquel Mediacités a eu accès. Les auteurs pointent même un risque de « défusion dans la douleur » si les villes n'étaient plus gérées par trois maires PS après les prochaines municipales.

Maires_Lille_Lomme_Hellemmes
Illustration Jean-Paul Van der Elst

C’est une union de villes qui porte un drôle de nom : fusion-association. Le statut officiel sous lequel Lille, Lomme et Hellemmes se sont mariées. Vous ne voyez pas précisément à quoi ça correspond ? Rassurez-vous, les élus et les agents des communes concernées nagent dans le même flou que vous.

L’association avec Hellemmes remonte pourtant à 1977 ; le rapprochement avec Lomme, à 2001. Malgré cette ancienneté, ce double mariage n’est toujours pas entièrement consommé. Certes, les trois villes partagent le même budget, la même dotation d’Etat et la même fiscalité, sous l’autorité du conseil municipal de Lille. Et celui-ci établit en retour des budgets annexes pour les deux communes associées qui conservent un maire élu au suffrage universel. Mais des pans entiers de collaboration sont encore inexplorés, surtout à Lomme.

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Les journalistes de Mediacités vous proposent chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs. En vous inscrivant aujourd’hui, vous pourrez :

  • Accéder aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrir un média 100% indépendant et sans aucune publicité

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers.


Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 9 minutes

Par Yves Adaken