Au pied du conseil régional des Hauts-de-France, à Lille, une petite Citroën gris métallisé est garée. Emboîtant maladroitement le pas d’une conseillère régionale, un jeune homme fait le tour du véhicule, un peu impressionné par la présence de journalistes et photographes venus assister à la remise des clefs sous un léger crachin. « C’est une bonne nouvelle pour vous, s’enthousiasme la conseillère. Voici la voiture… Et maintenant, "au travail", comme dirait notre président ! »

Sa satisfaction, Tom, 26 ans, l’exprime timidement, mais volontiers. Cet habitant d’Hénin-Beaumont, longtemps intérimaire, a trouvé cet été un contrat d’apprentissage dans la logistique. Deux ans garantis, et la possibilité, au bout, d’un CDI. Problème : son travail se trouve à une quarantaine de kilomètres de chez lui, et il ne dispose d’aucun moyen de transport adapté pour s’y rendre. « Sans voiture, pas de contrat, résume le jeune homme, heureux d’avoir obtenu son permis de conduire deux semaines plus tôt. J’ai contacté la Région pour leur demander de m’en prêter une, le temps de toucher mon premier salaire et de pouvoir acheter une occasion. Le jour même, j’ai reçu une réponse positive. Sans ça, j’aurais dû renoncer à travailler, tout simplement ! »
600 bénéficiaires en quatre ans
Ces dernières semaines, à chaque remise de clefs du dispositif « En route pour l'Emploi » lancé par la Région en janvier 2017, c’est le même scénario : communiqué de presse, journalistes invités, mise en scène, photos, réseaux sociaux.  Les bénéficiaires jouent le jeu, évidemment : Cindy, Dunkerquoise de 38 ans, se voit confier une auto par une . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !