Bio, fraîche ou en filet : ce que cache une « belle patate »

Si les consommateurs raffolent des frites surgelées, ils achètent également des pommes de terre fraîches vendues au détail ou en grande distribution. Mais beau ne vaut pas forcément dire bon... ni bio.

Pomme de terre bio
Champ de pomme de terre bio dans le Pas de Calais. Photo : DR

Ce samedi 16 janvier, le thermomètre affiche 3°C dans les environs d’Arras. Il est 8 heures du matin quand Isabelle et Valentin terminent leur installation. Une table, un tréteau, de quoi aménager un étal de fortune sur lequel ils proposent leurs produits directement devant leur ferme : des endives, des haricots, des choux, des poireaux et surtout des pommes de terre. De la patate fraîche, celle qu’on retrouve sur les marchés ou dans la grande distribution. Un légume qu’ils cultivent depuis une petite dizaine d’années en agriculture conventionnelle sur environ 10 hectares. « C’est la première culture dans laquelle on s’est lancé, même si on a hésité. Il y a de la patate partout par ici, donc beaucoup de concurrence. Mais on savait qu’il y avait aussi une forte demande. Donc on a essayé et, franchement, sans regrets. »

« Les distributeurs ne se soucient en aucun cas de la valeur gustative du produit »

La vente directe proposée par Isabelle et Valentin est l’un des circuits de distribution de la patate fraîche. C’est aussi un produit de base de la grande distribution : Auchan, Carrefour, Leclerc... À la tête d’une entreprise de négoce, Nina* joue les intermédiaires entre les producteurs et certaines de ces enseignes. Celles-ci lui passent commande du tonnage et des variétés de pommes de terre souhaitées et Nina missionne des agriculteurs. « Les distributeurs ne se soucient en aucun cas de la valeur gustative du produit, regrette-t-elle. Ils ne goûtent même pas et l’analysent à peine. Tout . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Simon Henry