Couples lillois cherchent dons d’ovocytes désespérément

Dans la métropole lilloise, une femme qui rencontre un problème de fertilité peut attendre deux ans et demi avant de pouvoir bénéficier d’une implantation d’ovocytes. En cause, un cruel manque de donneuses... qui devrait encore augmenter avec la nouvelle loi bioéthique. Explications.

Manipulation Ovocyte
Manipulation d’ovocyte en laboratoire au centre d’aide à la procréation de l’hôpital mère enfant de Mercy ( CHR Metz). Photo : Le Républicain Lorrain/MAXPPP

«Quand j’ai reçu l’appel, je n’y croyais plus. C’est un changement de vie pour nous. » Alicia* se rappellera toujours cet instant où elle et son conjoint ont appris qu’ils allaient bénéficier d’un don d’ovocytes. De la joie ressentie, mais aussi du soulagement, après deux ans et demi d’attente.

Résidant à Templemars, au sud de Lille, la jeune femme de 34 ans est atteinte du syndrome de Turner, une maladie génétique qui peut provoquer des soucis de fertilité. Face à cela, la solution existe. Mais elle nécessite un moral à toute épreuve : « Deux ans et demi, c’est long, déplore-t-elle. Pendant cette période, on n’a aucune nouvelle, on attend impatiemment l’appel qui nous annonce que le transfert d’ovocytes va avoir lieu. Mais on n’a aucune visibilité ».

Le don d’ovocytes est une pratique qui s’inscrit dans le parcours d’assistance médicale à la procréation (AMP). Quand les ovocytes d’une femme ne lui permettent pas de procréer, il est possible d’implanter dans son utérus des ovocytes « sains » prélevés chez une autre femme, bien sûr donneuse volontaire. L’opération est aujourd’hui parfaitement maîtrisée même si elle ne garantit pas un taux de réussite de 100 %. Mais le véritable problème est ailleurs.
150 couples en attente pour 50 donneuses
« Il y a plus de demandes de couples que de donneuses », observe la professeure Sophie Catteau-Jonard, gynécologue et endocrinologue, spécialiste de la reproduction au CHU de Lille. Chaque année, le centre accueille environ 50 donneuses issues du Nord-Pas-de-Calais quand on dénombre 150 couples en attente de don dans les deux départements (100 primo demandeurs et 50 en instance d’une deuxième tentative). Résultat, aujourd’hui, dans . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Margaux Liagre