Au Bugey, un projet de rachat de terres attise la crainte d’un nouvel EPR

En toute discrétion, EDF convoite 336 hectares de terres situées autour de la centrale nucléaire du Bugey, dans l’Ain. L’électricien a missionné la Safer, la société chargée d’aménager le territoire rural, pour sonder les propriétaires concernés, et reste flou sur ses intentions. Les opposants craignent l’installation d’un futur EPR.

FRA: Demonstration at Bugey nuclear plant
EDF convoite 336 hectares de terres situés autour de la centrale nucléaire du Bugey, dans l’Ain. Photo : Sipa

Producteur d’électricité cherche terrains mitoyens de sa centrale nucléaire. La lettre aurait presque des airs de petite annonce. Dans un courrier du 29 octobre 2018 co-signé d’EDF et de la Safer, que Mediacités s’est procuré (voir ci-dessous), on apprend qu’« EDF souhaite appréhender le contexte foncier d’un ensemble de parcelles situées en périphérie du Centre National de Production d’Electricité du Bugey ».          

Concrètement, des rendez-vous sont proposés aux exploitants et 150 propriétaires des terrains concernés, entre les communes de Saint-Vulbas et de Loyettes. La zone convoitée s’étend sur 336 hectares. Elle jouxte la centrale le long du Rhône jusqu’à la ferme de la Mière, de l’autre côté de la route départementale D20. Dans ce périmètre se trouvent une dizaine d’exploitations en activité, une station d’irrigation, deux anciennes carrières (Vicat et Les Sablières), une ZNIEF (zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique), et même une société de chasse.

« Un représentant de la Safer Auvergne Rhône-Alpes nous a expliqué qu’EDF souhaite faire des réserves foncières. Tout le monde est contacté : propriétaires, locataires, syndicats agricoles… Il demande les adresses pour mettre à jour son fichier », explique Anne-Marie, la fille d’un couple d’agriculteurs de Loyettes. Elle gère les terrains . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Elise Moreau