De Paul à Jérôme, les nouveaux appétits de l’empire Bocuse

Après le décès de « Monsieur Paul » début 2018, son fils Jérôme a pris la tête d'une galaxie culinaire de plus de 86 millions d’euros. Standardisation des brasseries, nouvelles implantations à l'étranger et en France, l'ambition de Jérôme Bocuse est énorme. Au risque de brouiller l'image du groupe ?

IMG_2203
Fresque en hommage à Paul Bocuse sur le cour Lafayette à Lyon. Photo : Nicolas Barriquand

S’implanter dans la capitale, dans le quartier du Louvre, épicentre touristique… Pas sûr que Monsieur Paul apprécierait. Alors que le pape de la gastronomie française a ouvert des enseignes à Orlando ou Tokyo, Paul Bocuse a soigneusement évité Paris toute sa vie. Mais d’ici juin 2019, ce sera chose faite, selon les informations de Mediacités. Une ouverture décrite en septembre dernier par Jérôme Bocuse comme « une sorte de teaser pour que les Parisiens viennent à Lyon ». De quoi prendre le contre-pied de son père. « Je l'ai toujours entendu dire que Lyon était le garde-manger de Paris et que si les gens voulaient s’attabler chez Bocuse, ils n’avaient qu’à y descendre », commente Jean-François Têtedoie, disciple du célèbre chef passé par l’institut de formation Bocuse avant d’ouvrir la Cave café terroir, dans la capitale des Gaules. 

Depuis la mort de l’enfant prodige de la cuisine en janvier 2018, l'heure n’est plus au chauvinisme lyonnais. Son fils Jérôme a repris le flambeau d'un empire regroupant une vingtaine de restaurants haut de gamme du Japon à Disney World en Floride, une chaîne de fast-food, et dont le nom est associé à la plus prestigieuse compétition internationale de cuisine, les Bocuse d'Or, véritables Jeux Olympiques de la gastronomie. Un prestige presque sans égal, que le quinquagénaire compte bien faire fructifier. Avec un paradoxe : plus le groupe grossit, plus son image de marque risque d'en pâtir. 

Mais reprenons. Dans le détail, Jérôme Bocuse est l’actionnaire majoritaire des six entités qui composent le  groupe, et occupe le poste de président pour quatre d’entre elles.

Seules deux sociétés sont gérées indépendamment. La première, PB Développement, comprend la mythique Auberge du Pont de Collonges et ses trois étoiles, ainsi que la salle de réception L'Abbaye. Depuis la disparition de Paul Bocuse, la présidence de ce joyau . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 8 minutes

Par Rozenn Le Saint