C’était il y a deux mois et demi. C’était il y a un siècle. Ce 26 février, à quelques heures du coup d’envoi du match entre l’Olympique lyonnais et la Juventus de Turin, la polémique enfle. Fallait-il maintenir cette rencontre - et faire venir des milliers de supporters italiens dans l’agglomération lyonnaise - alors que, de l’autre côté des Alpes, le coronavirus se propage à vitesse grand V ? Interrogé sur BFM TV, Gérard Collomb « espère que le sport reprendra le dessus sur cette épidémie ». A la question de savoir s’il portera ou non un masque, le maire de Lyon esquisse un rire, comme surpris d’envisager une telle éventualité : « Non, je ne porterai pas de masque ».

Neuf semaines et plus de 25 000 morts plus tard, le 30 avril sur France info, l’ancien ministre de l’Intérieur exhorte l’Etat à rendre obligatoire le port du masque dans la rue dès le 11 mai prochain, premier jour du déconfinement progressif. Lui-même n’effectue plus une sortie sans protection sur le visage, comme ce mardi 5 mai sur le marché du quai Saint-Antoine ou, la semaine dernière, pour se rendre sur les lieux de l’incendie de la montée Bonafous. Gérard Collomb s’est converti au masque.

Mieux, il s’apprête, à partir de la semaine prochaine, à en distribuer à tous ses administrés et aux agents de la ville. Il n’est pas le seul. Nombre de maires de l’agglomération ont passé leurs propres commandes. Le président de la Métropole David Kimelfeld en promet 2 millions d’exemplaires pour les habitants du Grand Lyon. Quand, Laurent Wauquiez, à la tête de la région Auvergne-Rhône-Alpes (8 millions d’habitants), s’est engagé sur 9 millions de masques. Après la pénurie, la surabondance ?

Combien de carrés de tissu recevrez-vous ? Où, quand et comment les récupérerez-vous ? Les réponses diffèrent d’une commune à l’autre. Un point commun à toutes les distributions prévues : alors que la grande distribution dégaine, ces jours-ci, ses masques chirurgicaux aux caisses des supermarchés, les collectivités lyonnaises équiperont leur population, au plus tôt, le 11 mai. Embêtant alors que beaucoup d’habitants reprendront, à partir de cette date, le chemin de leur lieu de travail et des transports en commun. 
I - Les villes en ordre dispersé
À Lyon, les non-sportifs vont avoir l’occasion de découvrir les gymnases de leur arrondissement… À partir de lundi prochain, la ville de Gérard Collomb entame la distribution de ses masques, garantis pour dix lavages, dans des salles de sports (des gymnases donc, mais aussi la piscine du Rhône ou le Palais des sports) et dans la cour de l’hôtel de ville. Pour éviter l’afflux - et minimiser les risques de propagation du virus - chacun sera invité, à partir de ce vendredi, à prendre rendez-vous via une plateforme en ligne (www.lyon.fr) ou . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !