Cent trente-cinq euros d’amende pour être resté dehors pendant le confinement. Selon nos informations, « plusieurs dizaines » de demandeurs d’asile, pour la plupart sans-abri, ont été verbalisés dans l’agglomération lyonnaise par les forces de l’ordre en mars et en avril. Alors même que le gouvernement avait dès, le début du confinement, donné pour consigne de ne pas verbaliser les personnes SDF.

Mediacités a eu accès à 19 procès-verbaux dressés entre le 31 mars et le 10 avril. Tous pour la même infraction : « Déplacement hors du domicile sans document justificatif ». Le montant de l’amende est identique. Sur l’ensemble des procès-verbaux, les auteurs de l’infraction sont domiciliés au 326, rue Garbaldi, dans le 7e arrondissement de Lyon. Il s’agit de l’adresse de Forum réfugiés - Cosi, l’association qui instruit les demandes d’asile dans la Métropole de Lyon, et où arrive le courrier des migrants en attente d'une offre d'hébergement.
Trois amendes en dix minutes
Au fil des PV se dessine la carte des lieux publics fréquentés par les demandeurs d’asile dans l’agglomération : le quartier de la Guillotière, la place Carnot (devant la gare de Perrache) ou encore la place Grandclément à Villeurbanne. D’autres amendes ont été données en banlieue, à Rillieux-la-Pape ou à Saint-Priest. Trois procès-verbaux précisent que la verbalisation a eu lieu aux abords de stations de métro (Hôtel de Ville, Saxe-Gambetta ou gare de Vénissieux).

Certains agents de police, identifiables par un numéro, se montrent particulièrement zélés pour faire respecter le confinement : l’un d’entre eux a . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !