À l’aéroport Lyon Saint-Exupéry, Vinci veut faire payer la crise aux salariés

Selon les informations de Mediacités, Vinci Airports prévoit de compenser la baisse d’activité du site lyonnais liée au coronavirus en taillant dans les effectifs et en modifiant les contrats de travail. Une pilule dure à avaler pour le personnel alors que, depuis quatre ans, l’exploitant ponctionne la trésorerie et verse de généreux dividendes aux actionnaires.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Au terminal 1 de l’aéroport Lyon Saint-Exupéry. Photo : Monster4711 C.C.

Ce jeudi 25 juin, à 10 heures, se réunit le conseil de surveillance d’Aéroports de Lyon (ADL - la société qui exploite la plateforme Saint-Exupéry), où siège notamment Gérard Collomb en tant qu’élu métropolitain. Sera-t-il question de « suppressions de postes » ? Rien n’est moins sûr [lire l’encadré En coulisses]. C’est pourtant LE sujet qui préoccupe la direction comme les salariés d’ADL ces dernières semaines…

En janvier, Mediacités révélait la politique de réduction des effectifs à l'aéroport de Lyon, mené par Vinci Airports, filiale du géant du BTP, à l'œuvre depuis 2016 [relire notre enquête : « Aéroport Lyon Saint-Exupéry : malaise social derrière les beaux discours de Vinci »]. Une crise sanitaire plus tard, l'exploitant franchit un nouveau cap.

Le 12 juin, dans un mail dont Mediacités a pris connaissance [voir ci-dessous], le directeur d’ADL

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Isabelle Jarjaille