Boiron sauve les meubles, pas son âme

Affaibli par le déremboursement de ses produits, le champion de l’homéopathie supprimera 566 emplois, soit près d’un quart de ses effectifs en France. Si le plan social préserve le siège à Messimy et les réseaux de distribution dans l’agglomération lyonnaise, il change radicalement l’organisation et la culture d’une entreprise jusqu’ici familiale et rassurante.

Boiron
Lors d’une manifestation d’employés de Boiron contre le plan social de l’entreprise. / © Photo : Sipa.

Qu’il est loin le temps où Boiron pouvait affréter des bus entiers pour acheminer ses salariés pour manifester contre le déremboursement de l’homéopathie ! Au moment de l’annonce de cette mesure, en juillet 2019, les personnels font bloc derrière la direction. Personne, même parmi les syndicalistes, ne critique l’entreprise familiale fondée, en 1932, par les frères Boiron, ou ses choix stratégiques. Huit mois plus tard, l’esprit de concorde a volé en éclats. Fracassé sur un

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Blandine Flipo