Comme un jeu de dominos… L’abandon, le 29 octobre 2020, de la fusion des universités Lyon-1, Lyon-3, Jean-Monnet Saint-Etienne et de l’École normale supérieure de Lyon en une vaste Université de Lyon (UDL), aussi appelé projet Idex, met aujourd’hui en péril la Fondation pour l’Université de Lyon. C’est ce que révèle un document interne et confidentiel auquel Mediacités a eu accès [lire plus bas]. De fait, cette structure, présidée à l’origine par l’industriel Alain Mérieux, a perdu une de ses raisons d’être : favoriser et accompagner la naissance d’une méga-université lyonno-stéphanoise. Mais cette fondation qui a brassé, en dix ans, 55 millions d’euros, est aussi à l’initiative du Centre d’entrepreneuriat, destiné aux étudiants du territoire, ou des fameuses Jéco, les « Journées de l’économie » qui réunissent chaque année, à Lyon, économistes de renom, chefs d’entreprise et responsables politiques.           

Avec l’échec de l’Idex, les principaux financeurs de la Fondation pour l’Université de Lyon

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois