Alcool, cannabis, anxiolytiques : les soignants lyonnais paient le prix d’un an de pandémie

« Une augmentation assez nette », constate une élue syndicale. Épuisée par un an de crise sanitaire, une partie du personnel hospitalier trouve refuge dans la consommation de substances psychoactives. Depuis novembre dernier, les Hospices civils de Lyon ont renforcé le soutien psychologique proposé à ses agents.

ServiceReanimation
Photos d’illustration : dans un service de réanimation de la région lyonnaise. Photo : Antoine Merlet.

Olivier* le confie sans détour : en ce moment, il boit un peu trop. « Je prends aussi des calmants pour m’aider à dormir, quand les insomnies sont trop fortes, ajoute-t-il. Et je suis loin d’être le seul… » Olivier travaille à l’hôpital Lyon-Sud. Infirmier en réanimation. L’alcool et les cachets pour tenir, pour oublier, pour relâcher la pression ? « Un peu tout cela à la fois », rétorque le soignant, laconique.

C’est un tabou. Alors que la crise du Covid-19 entre dans sa soixantième semaine, la consommation de

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 10 minutes

Par Jennifer Simoes