Olivier* le confie sans détour : en ce moment, il boit un peu trop. « Je prends aussi des calmants pour m’aider à dormir, quand les insomnies sont trop fortes, ajoute-t-il. Et je suis loin d’être le seul… » Olivier travaille à l’hôpital Lyon-Sud. Infirmier en réanimation. L’alcool et les cachets pour tenir, pour oublier, pour relâcher la pression ? « Un peu tout cela à la fois », rétorque le soignant, laconique.

C’est un tabou. Alors que la crise du Covid-19 entre dans sa soixantième semaine, la consommation de

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois