« Un véritable travail à la chaîne » : l’hôpital Femme Mère Enfant tente d’en finir avec la taylorisation de la naissance

Avec 4600 accouchements par an, l’hôpital Femme Mère Enfant (HFME) de Bron compte parmi les plus importantes maternités de France. Réputée pour sa prise en charge des grossesses à très haut risque, l’établissement de l'agglomération lyonnaise peine à se départir de sa réputation d’usine à bébés, au grand dam de ses équipes et malgré une prise de conscience par la direction des effets pervers de sa taille.

HFME
A l’entrée de l’Hôpital Femme Mère Enfant de Bon, près de Lyon. Photo : N.Barriquand/Mediacités.

Bâtiments immenses, couloirs interminables, ambiance impersonnelle… Difficile de ne pas se sentir un peu perdu en arrivant, à Bron, à l’hôpital Femme Mère Enfant. « Rien que pour venir en consultation, il faut trouver le parking, le bâtiment, c’est un parcours du combattant ! », reconnaît Diamantina Clamote, sage-femme coordinatrice des urgences gynéco-obstétricales et de la salle d’accouchement. Et pourtant ! Malgré cet abord un peu froid, les patientes se pressent au portillon de cet établissement des Hospices civils de Lyon (HCL) réputé pour son excellence et son classement en niveau 3, plus haut niveau technique pour l’accueil de la prématurité.

« L’HFME » enregistre chaque année environ 4 600 naissances. Un chiffre qui fait de l’hôpital la plus importante maternité de l’agglomération lyonnaise et, au-delà, de la région Auvergne-Rhône-Alpes, et qui entretient sa réputation d’usine à bébés à l’heure où de plus en plus de patientes aspirent à un accouchement plus physiologique [lire plus bas]. « Tous les jours, je reçois des courriers de patientes désespérées qui n'ont pas pu s'inscrire », confie Jérôme Massardier, gynécologue-obstétricien (qui a assuré l'intérim à la tête du service jusqu'à l'arrivée, en septembre dernier, du professeur Cyril Huissoud, en provenance de la maternit . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Béatrice Kammerer