Lentement, la future ligne ferroviaire à grande vitesse entre Lyon et Turin creuse sa route sous les Alpes. Le tunnel transfrontalier plonge désormais sous terre sur onze kilomètres. À terme - sa mise en service est prévue pour 2030 -, il devrait en compter 115 (57,5 kilomètres dans un sens, 57,5 dans l’autre, le tunnel étant bitube). Ce chantier titanesque, chiffré à 18,3 milliards d’euros, ne va sans pas sans provoquer débats et contestations quant à son coût financier ou écologique [lire nos précédentes publications recensées à la fin de notre article]. Mais ces derniers mois, un nouveau front s’est ouvert entre promoteurs, opposants et riverains du futur Lyon-Turin : l’eau potable.                 

À l’offensive, l’association Vivre et agir en Maurienne a saisi

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois