Entre Mélanie et le périphérique, l’histoire dure depuis quatre ans déjà. Quatre ans d’allers-retours, de son appartement de Saint-Fons, au sud de Lyon, jusqu’au supermarché de Villeurbanne où elle travaille, dans le quartier de La Doua. A force, elle a fini par en connaître les moindres portions : la bretelle qui bouchonne tous les matins, la sortie pour gagner quelques précieuses minutes, l’œil sur l’horloge pour arriver à l’heure au boulot. « Quand ça roule bien, je compte vingt-cinq minutes. Mais parfois ça peut prendre le double ! », raconte la jeune femme de 26 ans.

Dans cette aventure quotidienne, Mélanie peut compter sur « Ginette », une vieille Renault diesel immatriculée en 1999, héritée de sa grand-mère. Certes, le vieux tacot fait « des bruits bizarres » et la boîte de vitesses coince un peu. Qu’importe : « Ça fait le job », comme elle dit. Mais Ginette ne sera bientôt plus la bienvenue dans le centre de la métropole lyonnaise.
Faire sortir 350 000 véhicules du Grand Lyon
A partir de septembre 2022, les véhicules classés Crit’Air 5 ou non classés, c’est-à-dire les diesels immatriculés avant l’an 2000, seront interdits de circulation dans le périmètre central de la Zone à faibles émissions (ZFE), grosso modo l’intérieur du périphérique. Une mesure phare pour lutter contre la pollution de l’air, à l’origine de près de 1 500 décès par an dans la Métropole de Lyon.

Le dispositif est une application d’une loi votée en 2019
Un dispositif national
La loi LOM . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Cet article concerne la promesse :
« Sortir du diesel d’ici à 2026 »
Voir toutes les promesses