L’héritage minier de la région lyonnaise face au péril de l’oubli

Cuivre, fer, plomb, zinc… Fermées depuis des décennies, les mines de Sain-Bel et de Chessy-les-Mines, ainsi que les déchets qu’elles ont produits, doivent toujours faire l’objet d’une surveillance. Mais l’État ne se presse pas pour évaluer leur dangerosité sur l’environnement.

2022-06-Mine-Musee-Sain-Bel
Au musée de la mine de Sain-Bel, près de Lyon. Photo : B.Flipo.

Pour qui visite un jour Saint-Pierre-la-Palud, difficile d’ignorer le passé minier de cette bourgade des monts du Lyonnais. Le chevalet métallique du puits Perret se dresse à l’entrée du village, comme surgi d’un daguerréotype en noir et blanc du XIXe siècle. Il y a à peine plus d’un demi-siècle, les entrailles de cette mine étaient toujours actives. Là, les hommes

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Blandine Flipo