Derrière le muguet, les petites mains roumaines du maraîchage nantais

Contrairement aux idées reçues, de nombreux habitants des bidonvilles de l’agglomération nantaise travaillent. Où cela ? Là où l’on veut bien d’eux... C'est le cas chez les maraîchers, où ils sont devenus indispensables à la cueillette du muguet ou des radis.

Maraichage Roms
Illustration: Jean-Paul Van der Elst

Le 1er mai. Pour les uns, le jour de la fête du travail où l’on offre du muguet et l'on défile clochettes blanches à la boutonnière. Pour d'autres la fin d'une période ayant véritablement rimé avec travail. Tout particulièrement autour de Nantes, où sont produits 85 % du muguet français. 60 millions de brins qu’il faut cueillir, conditionner et envoyer dans toute la France avant qu’ils ne jaunissent et ne se fanent. 60 millions de brins dont la cueillette nécessite 7 000 paires de bras de saisonniers, difficiles à recruter et parmi lesquels on retrouve de plus en plus de migrants roumains, souvent d’origine rom, habitant les nombreux bidonvilles de l’agglomération nantaise.                      

> (Re)lire aussi notre précédente enquête : La Loire-Atlantique, triste "championne" de France des bidonvilles

Brins de muguet par milliers
« Faute d’autres travailleurs disponibles, nous employons beaucoup de main-d’œuvre étrangère, particulièrement roumaine. Peu importe d’où ils viennent dès l’instant qu’ils font bien leur travail », confie au téléphone Jean-Pierre Marchais . . .

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 9 minutes

Par Armandine Penna