Vingt-cinq ! Voilà, officieusement, le nombre d’employés qui, lassés ou forcés, quitteraient chaque mois la clinique privé du groupe Le Confluent. Sur un an, quasiment un tiers du personnel (1 176 personnes en tout) serait ainsi remplacé aux ex-Nouvelles cliniques nantaises (NCN), comme on appelait l’établissement jusqu’en 2016. Révélé à Mediacités par une source interne, cet important turn-over s’avère néanmoins difficile à vérifier. Murée dans le silence, la direction s’y refuse, tandis que la section CFDT locale, ultra-majoritaire dans l’établissement, s’en dit « incapable ».

Reste néanmoins une certitude : alors qu’un discret projet de vente se profile depuis un an, comme nous le révélions en début d’année, le climat social au sein du Confluent est particulièrement lourd. Mercredi 23 mai, une manifestation à l'appel de la CFDT a rassemblé plus de 150 salariés devant l'un des bâtiments de la clinique. Plus inquiétant : entre 2014 et 2016, le nombre de jours d’arrêt maladie a presque doublé, passant de 13 187 à 21 787 par an, selon un document émanant de la direction que nous nous sommes procuré. Derrière le clinquant d’un nouveau service ambulatoire ou la quatrième place . . .

Lisez cet article et découvrez les bienfaits d’un média indépendant dans votre ville.

1€ le premier mois

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement

Thibault Dumas
Franco-américain, je suis journaliste professionnel à Nantes depuis plus de dix ans, en radio puis en presse écrite, comme pigiste désormais. Je collabore avec Mediacités, édition nantaise, depuis la préparation de son lancement, en 2017. Je n'ai pas de spécialité en tant que telle mais j'enquête plutôt (seul ou en équipe) sur les montages fiscaux (Waldemar Kita, FC Nantes, Manitou, etc), la politique sous toutes ses formes, le social (Le Confluent, Centrale Nantes, Beaux-Arts de Nantes, etc) et un peu d'écologie (déchets, éoliennes de Nozay, etc). Pour me contacter : thibault.dumas@mediacites.fr.