Centre commercial Atoll près d’Angers : autopsie d’un échec industriel et politique

C'est l'un des plus gros centres commerciaux construit en Europe ces dernières années : 90 000 mètres carrés de boutiques dont l'essentiel devait être consacré à l'aménagement de la maison. Mais la promesse faite aux élus n'a pas tenu et le mastodonte en crise menace désormais l'équilibre commercial du centre-ville.

Atoll_une
A l’origine, le centre commercial géant angevin devait être consacré à l’équipement de la maison. Aujourd’hui, près de 60 % de sa surface sont occupés par des magasins de chaussures, vêtements et autres “équipements de la personne”. / Photo : Antoine Humeau

«Atoll ? un accident industriel ! » Le président de l’Entente du commerce de Maine-et-Loire, Olivier Fargetton, ne mâche pas ses mots lorsqu’il s’agit de décrire la vaste « soucoupe volante » qui s’est posée au printemps 2012 à Beaucouzé, en banlieue ouest d’Angers. Installé sur une vingtaine d'hectares, Atoll est le plus grand centre commercial du Grand Ouest, devant le nantais Atlantis : 90 000 mètres carrés de commerces (Atlantis en compte 70 000), dont 71 000 de surface commerciale (sans les réserves). Un mastodonte qui fait aujourd’hui pâle figure : en 2020, il a perdu une dizaine de ses grands magasins, dont Alinéa et Castorama qui occupaient un tiers de l’espace. Outre ces deux locomotives, Keria, Château d’Ax, Cuisine de France ou encore le magasin de jouet PicWicToys ont aussi quitté les lieux. Une hécatombe.

Selon nos calculs, 57 % de la surface commerciale totale demeure actuellement occupés. La faute à la crise sanitaire ? Sans doute un peu. Mais pas uniquement. « L’heure des comptes a sonné, nous y voilà ! », s’exclame Elie de Foucauld, ancien directeur d’Aldev, l’Agence de développement économique de l’agglomération d’Angers. L’Atoll, c’est un échec au départ, une erreur de conception parce que sa taille est hors de proportion avec son marché. » Un centre « beaucoup trop grand, beaucoup trop cher et construit trop tard », complète l’ancien président de la chambre de commerce et d’industrie, Éric Groud.

Pour comprendre comment on en est arrivé là, il faut remonter quinze ans en arrière. Au milieu des années 2000, le maire d’Angers de l’époque, le socialiste Jean-Claude Antonini, veut regrouper les grandes enseignes de l’entrée de l’agglomération en un même site, tout en réduisant « l’évasion commerciale vers Nantes ». La chambre de commerce et d’industrie, qui soutient cette idée, évalue à 50 000 mètres carrés la taille idéale du complexe. « Le projet était cohérent et modeste, puis il a gentiment glissé, dérapé et tout s’est emballé », se souvient Éric Groud.

Comment Philippe . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 8 minutes

Par Antoine Humeau