Petit Beurre : la star nantaise des biscuits au défi de la production locale

Produit phare de la célèbre biscuiterie nantaise LU, le Petit Beurre affirme son ancrage local. Mais la recette ancestrale a-t-elle survécu aux innovations de l’industrie agroalimentaire ? Enquête dans la galaxie du biscuit le plus populaire de France.

Une composition présentant un biscuit Petit beurre au premier plan. Derrière, on aperçoit la tour LU de Nantes, ainsi que les ingrédients qui entrent dans la composition du biscuit (blé, beurre, oeuf et sucre)
Illustration : Pierre Leibovici

« Qu'on se figure un biscuit de forme carrée, longue, aux bords découpés en festons arrondis, qui croque sous la dent sans s'émietter, qui fond dans la bouche en y laissant un goût exquis sans être trop prononcé » Vous l'avez ? C'est en ces mots que Louis Lefèvre-Utile, fils du fondateur de la biscuiterie nantaise LU, décrit son Petit Beurre qu’il crée en 1886. Un biscuit « vraiment français, vraiment breton, avec une pointe de sucre, un nuage de lait, un doigt de ce beurre succulent qui a valu à nos départements armoricains une renommée universelle ».

Cette popularité en France et à l’étranger, le Petit beurre la doit pourtant… aux Britanniques. Car il tire en fait son inspiration des biscuits secs anglais en vogue à la fin du XIXe siècle, vendus dans la boutique familiale des Lefèvre-Utile de la rue Boileau. Lorsqu’il prend la succession de ses parents, en 1883, Louis en vient à se dire qu'il vaudrait mieux fabriquer ce type de biscuit à domicile. LU, installé deux ans plus tard dans une ancienne filature le long de la Loire, met un point d'honneur à favoriser la production locale quand c'est possible, quitte à être plus cher que la concurrence.

Le lait et le beurre employés par l'entreprise arrivent alors de Bretagne, quand le sel provient principalement des bords de l’Atlantique. La farine est issue autant que possible de blé produit dans la région et moulu dans les Grands Moulins de la Loire. Le sucre, en revanche, est de canne. À deux pas de l’ancien port négrier de Nantes, LU s’approvisionnait encore dans les colonies françaises des Antilles. Ces ingrédients embaument les quartiers environnants de l'usine nantaise et réveillent les estomacs lorsqu'ils sont cuits dans les fours. En 1897, douze ans après le passage au . . .

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Mathilde Doiezie