À Saint-Colomban, la générosité très intéressée de Lafarge et GSM

Dans cette commune du sud de Nantes, les cimentiers exploitant deux immenses sablières arrosent les associations dans le cadre d’un accord avec la mairie. Alors qu’une consultation publique sur l’extension de leurs carrières doit se tenir le 9 janvier, cette prodigalité pose question.

carrieres saint colomban une
A saint-Colomban, près de Nantes, Lafarge et GSM veulent étendre leurs carrières de sable sur 70 nouveaux hectares. Les habitants de la commune sont invités à se prononcer sur ce projet le 9 janvier prochain. / Image : Google Earth

«La municipalité de Saint-Colomban doit-elle adapter son Plan Local d'Urbanisme pour permettre l'instruction des demandes d'extensions des sablières ? » Le 9 janvier prochain, c'est à cette question qu'auront à répondre les 2 051 inscrits sur les listes électorales de ce village du sud de Nantes (sur 3 400 habitants). Présenté ainsi, l'objet de la consultation publique organisée par la mairie sous l'égide de la préfecture peut paraître technique. En réalité, son objet est assez simple : faut-il autoriser, ou non, les entreprises Lafarge et GSM qui exploitent 49 et 65 hectares de carrières sur le territoire de la commune à s'étendre sur 70 hectares supplémentaires de terres classées « espaces agricoles pérennes ».                   

Une question qui divise la population, autour de l'impact des carrières sur l'environnement, le paysage et l'activité agricole, mais aussi la ressource en eau, le prix du foncier ou encore la perte de biodiversité. Une question que le maire, Patrick Bertin a donc décidé de trancher en demandant l'avis des électeurs à l'occasion d'une consultation publique. Un bon point démocratique, qui soulève néanmoins quelques questions.

Quand les industriels subventionnent les associations
Car à Saint-Colomban, Lafarge et GSM ne sont pas uniquement des marchands de sable. Depuis 2018, les deux sociétés exploitant les carrières de la commune « investissent » chaque année une trentaine de milliers d'euros

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 10 minutes

Par Héloïse Leussier