«Il n’y a pas de nazis dans mon équipe et il faut arrêter avec ce cirque ». Invité ce lundi 7 février sur France Inter, Éric Zemmour a répliqué aux récentes attaques de ses adversaires à l’élection présidentielle, Marine Le Pen et Valérie Pécresse. Le 3 février, la candidate du Rassemblement National avait été la première à présenter le « zemmourisme », comme un « communautarisme » rassemblant « les catholiques traditionalistes, les païens et quelques nazis ». Les équipes de campagne de la candidate LR lui avaient emboîté le pas avec la diffusion d’une note intitulée « Les sympathies nazies d'Éric Zemmour ».

En Loire-Atlantique, les sulfureuses fréquentations d’Éric Zemmour ne relèvent pas uniquement de l'attaque politique. Elles sont bien réelles. Ces dernières semaines, le candidat à l’élection présidentielle a même dû faire un sérieux ménage parmi ses soutiens

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Avatar de Antony Torzec
Diplômé du CFPJ (après une Licence de Communication), j'ai débuté ma carrière dans le groupe Europe 1 (Europe 2, Europe 1), avant d'occuper un poste de journaliste au sein de la rédaction de Radio Fidélité à Nantes. Après une année passée à la rédaction française de Radio Vatican à Rome, j'ai fait un retour à Radio Fidélité en tant que rédacteur en chef jusqu'en avril 2017. J'ai réalisé quelques piges également pour Télénantes, France 3, France Bleu et La Croix. Depuis septembre 2017, je collabore avec Médiacités Nantes et les radios RCF des Pays de la Loire (RCF Anjou, Vendée et Sarthe).