Que cela soit au CHU de Nantes, Lille, Lyon ou Toulouse : vous avez au moins trois chances sur quatre pour que le docteur qui vous examine entretienne des liens d’intérêts avec l’industrie pharmaceutique. C’est ce que révèlent les données inédites extraites du site transparence.sante.gouv.fr par le magazine Alternatives économiques. Depuis 2014, les laboratoires doivent mentionner sur ce site les « avantages », c’est-à-dire les « cadeaux » - comme le matériel, les repas, le financement des transports, hébergements et inscriptions à des colloques - offerts aux professionnels de santé, ainsi que les « conventions » et les contrats - recherches, rédaction d’articles scientifiques, formation - passés avec eux.
 

Liens d'intérêts des médecins d'hôpitaux
Infogram
 

Le CHU d’Amiens et celui d’Angers comptent parmi les plus concernés par cette proximité entre médecins et industrie pharmaceutique : plus de huit sur dix sont en contact avec les laboratoires ! Les hôpitaux de Nantes (77,68%), Montpellier (79,57%), Clermont-Ferrand (78,57%) et Saint-Etienne (78,18%) jouent aussi les cancres avec une proportion de médecins concernés supérieure à la moyenne nationale (77,5%). Grenoble (77,1%), Toulouse (76,4%), Lyon (75,39%) et Lille (75,38%) ou Nîmes (73,9%) se situent juste en dessous, mais ne sont pas épargnés pour autant, selon la base de données publiques.

Il vous reste 75% de cet article à découvrir !
Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d'abonnement.
Ou bien apprenez-en plus sur Mediacités...
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Mediacités c'est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 000 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !
Rozenn Le Saint
Je suis journaliste d’investigation spécialisée dans le social et la santé (auteure avec Erwan Seznec, un autre enquêteur de Mediacités, de Le livre noir des syndicats, Robert Laffont). J’ai démarré en terre bretonne et j’arpente à présent la France, notamment pour les pages régionales de Capital et bien sûr, Mediacités.