Le « local », arme de séduction trompeuse de la grande distribution

Le phénomène dure depuis plusieurs années, mais il s’est accéléré depuis le premier confinement : les supermarchés font des productions estampillées « locales » de véritables outils marketing. Seulement voilà, en plus d’être anecdotique, cette offre peut se révéler fallacieuse ou sans grand intérêt, ni pour le consommateur ni pour le producteur.

2021-09-local-grandedistribution-02
Montage : P.Leibovici/Mediacités.

Quelle que soit l’enseigne et où que l’on se trouve en France, difficile désormais de louper le rayon des produits locaux quand on entre dans un supermarché. Prenez le Carrefour Market de L’Arbresle, à l’ouest de Lyon. Les jus de fruits sont visibles dès l’entrée dans le magasin, parmi les produits frais. Tout comme les petits fromages de chèvre de « Fabien et Thomas », de la ferme du Berthou, à Tarare, qui arborent fièrement les armoiries de Lyon. Un peu plus loin, voici les saucissons briochés, et une injonction : « Soutenons ensemble nos producteurs locaux. » En revanche, pas un

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 9 minutes

Par Blandine Flipo