Nouveau parc des expos : Toulouse Métropole a la folie des grandeurs

La collectivité s'est lancée dans un investissement hors normes (400 millions d'euros d'argent public) pour construire un nouveau Parc des expositions dont la pertinence reste à démontrer. La ville rose a-t-elle vraiment besoin de ce nouvel équipement?

Centre de Conventions et Aire d’exposition extérieure Crédit Les Yeux Carrés
Le Parc des Expositions et Centre de Conventions/Congrès (MEETT) ©Les Yeux Carrés

C'est une petite phrase de Jean-Luc Moudenc qui nous a mis sur la piste. Le 18 février 2016, le maire et président LR de Toulouse Métropole concluait un débat sur la gestion des parkings toulousains par une pique adressée à l'ancienne majorité socialiste de Toulouse Métropole (de 2008 à 2014) : « J'ai été très sensible aux leçons de délégation de service public (DSP) que nous avons reçues de la part de ceux qui ont mis en place celle sur le Parc des expos, où il y aurait beaucoup, beaucoup de choses à dire... » Il n'en fallait pas plus pour pousser Mediacités à creuser le dossier...

A quoi fait donc allusion Jean-Luc Moudenc ? Il évoque le contrat signé par la métropole en 2012 avec GL Events, une société lyonnaise spécialisée dans la gestion de parcs des expositions et l'organisation d’événements, pour l'exploitation du parc des expositions actuel, sur l'île du Ramier, et l'exploitation du futur parc, le MEETT, dont l'ouverture est prévue au printemps 2020.

« Dépasser Bordeaux et se rapprocher de Lyon »

Le MEET représente un investissement hors normes, porté depuis 2007 par les majorités successives, dont le maire de Toulouse disait dans La Dépêche du Midi, le 17 janvier 2018 : « Avec 400 millions d'euros (TTC) d'investissement

400 millions d'euros TTC, soit 311 millions d'euros HT. Le MEETT est financé par Toulouse métropole à hauteur de 199 millions d'euros, par la région Occitanie à hauteur de . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Isabelle Jarjaille