Aéronautique : le plan social d’Alten Sud-Ouest qui ne dit pas son nom

Alten Sud-Ouest subit de plein fouet la baisse de production d'Airbus qui a mis fin à la plupart des missions d'ingénieurs en cours, dans le contexte de la crise liée au coronavirus. Licenciements et démissions se succèdent depuis le printemps au sein de l'entreprise qui a perdu 205 emplois sur 2100, sans assumer, jusqu'à présent, ce dégraissage.

RASSEMBLEMENT ALTEN-8
Des salariés CGT de la coordination aéronautique devant les locaux Alten Sud-Ouest, près de Toulouse, le 15 octobre 2020. / © Frédéric Scheiber

«Durant mon entretien préalable au licenciement, l'un des cadres a fondu les plombs : il m'a parlé sur un ton tel que, avec le représentant syndical, on a dû menacer de mettre fin à l'entretien. C'est une méthode, des façons de faire, qui ne sont pas acceptables. » Michel*, 35 ans, ingénieur dans l'aéronautique depuis presque 10 ans, a travaillé pendant 4 ans chez Alten Sud-Ouest, une entreprise proposant des prestations et des services d'ingénierie. Depuis cet été, il est en quête d'un nouvel emploi après avoir reçu, mi-août, une notification de licenciement pour « faute grave ». 

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Les journalistes de Mediacités vous proposent chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs. En vous inscrivant aujourd’hui, vous pourrez :

  • Accéder aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrir un média 100% indépendant et sans aucune publicité

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers.


Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Emmanuel Riondé