Moins d’une rue sur vingt porte un nom de femme à Toulouse

Plus de la moitié des habitants de Toulouse sont des femmes. Pourtant, depuis des siècles, les plaques des rues toulousaines rendent en quasi-totalité hommage à des personnalités masculines. Une inégalité que la mairie tente timidement de réparer.

rue pauilhac 2
Dans la rue Claire Pauilhac, une nouvelle plaque, posée en mai, a oublié le prénom de cette personnalité féminine. / © GC

Place Agnès Varda, allée Julienne Seguret, rue Germaine Poinso-Chapuis. Le 8 octobre dernier, le conseil municipal a validé les dernières propositions du comité consultatif de dénomination des voies. Résultats : quatre nouvelles plaques portant des noms d’hommes et quatre plaques affichant des noms de femmes vont être prochainement installées à Toulouse. Si l’issue de cette délibération offre une parité parfaite, cela n’a pas toujours été le cas.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Marine Mugnier