Le collectif RegardOcc remet en cause la politique audiovisuelle de la Région Occitanie

Ces auteurs et réalisateurs demandent des aides spécifiques pour gagner en autonomie face aux producteurs audiovisuels, qu’ils jugent favorisés par le conseil régional d’Occitanie.

Claire Fita élue CR Occitanie
Claire Fita, vice-présidente du conseil régional d’Occitanie, chargée de la culture, lors d’une réunion des acteurs culturels. / Crédit photo conseil régional Occitanie

Le torchon brûle-t-il entre RegardOcc et le conseil régional d’Occitanie ? Pour l’un des membres de ce collectif d’auteurs, scénaristes, réalisateurs et créateurs multimédias, la réponse est claire. « Je vais le dire comme je le pense : le conseil régional nous balade depuis un an », assène José Alcala.

Le courroux du réalisateur du film Qui m’aime me suive s’explique par la suppression de l’aide régionale à l’écriture au premier trimestre 2020. Avant cette date, cette subvention d’environ 5 000 euros était attribuée à une grosse dizaine de projets par an. « On nous a enfumé pendant toute la campagne des régionales en nous disant que son rétablissement serait discuté avec le nouveau cabinet », ajoute Anne-Laure de Franssu, une autre réalisatrice membre de RegardOcc. Deux réunions ont eu lieu en décembre 2020 et en février 2021, mais depuis lors, les auteurs sont dans l’expectative. Et leur demande – la mise en place d’une enveloppe de 100 000 euros pour soutenir les auteurs – reste lettre morte.

D’après le conseil régional, l’aide aux auteurs n’a pas été supprimée, mais fusionnée avec celle allouée aux producteurs audiovisuels dans une aide globale au développement. « La Région s’est assurée que les intérêts des auteurs étaient préservés. En 2020 et 2021, sur les 400 000 euros d’aides versés, plus de 100 000 euros ont été perçus par les auteurs », souligne la collectivité qui précise que les projets de production ne sont soutenus qu’à la condition « qu’au moins un quart des aides au développement soit . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Gael Cérez