Zone aéroportuaire : les riverains demandent aux élus de tenir leurs promesses de restreindre les vols de nuit

Un nouveau plan de protection du bruit doit rentrer en vigueur pour réduire les nuisances sonores liées à l'aéroport de Toulouse-Blagnac. A la déception des riverains, il ne prévoit pas d'étudier la possibilité d'un couvre-feu.

avion coucher de soleil toulouse
Un avion au-dessus de Toulouse. / © Rémi Benoit

Si des aéroports comme Orly, Beauvais, Strasbourg ou Francfort ont interdit les vols de nuit, c'est encore loin d'être le cas à Toulouse. Chaque nuit, une vingtaine d'avions décollent ou atterrissent entre 23h et 6h du matin. « Entre 80 000 et 20 000 personnes sont exposées à leurs nuisances sonores selon que les avions passent par le sud ou par le nord », déplore Chantal Beer-Demander, présidente du Collectif contre les nuisances aériennes de l'agglomération toulousaine (CCNAAT). 

Un nouveau plan de protection du bruit dans l’environnement (PPBE) doit rentrer en vigueur dans les prochains mois. Il vise à réduire de 42 % les populations impactées par le bruit. Pourtant, la commission consultative de l'environnement (CCE) ne l'a adopté que de justesse (19 voix pour, 18 voix contre). Les collectifs de riverains s'y sont opposés, notamment car celui-ci ne prévoit pas d'étudier la possibilité d'un couvre-feu. « Pour des raisons de très forte pression de la société Aéroport Toulouse Blagnac et des industriels, la DGAC a refusé d’intégrer formellement le recours à l’étude du couvre-feu dans le PPBE, regrette Chantal Beer-Demander, présidente du CCNAAT. Seuls les élus du Sicoval et du Muretain (ainsi que l'élue écologiste toulousaine Hélène Cabanes, NDLR*) a également voté contre, ainsi que la CGT, nous ont soutenus. Le Département, Toulouse Métropole et la Région ont voté pour. C'est une déception. »
Des mesurettes jugées inefficaces
Le plan, préparé par la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) comprend 28 mesures

Parmi elles : l'incitation au renouvellement des flottes d'avions ; la mise en place de règles . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Gael Cérez