Quand Pôle emploi Occitanie veut rendre les chômeurs plus zen

Alors que le gouvernement planche sur une nouvelle réforme de l’assurance chômage encore plus contraignante, six agences d'Occitanie recrutent discrètement des spécialistes de la gestion de conflits pour apprendre aux demandeurs d'emploi à mieux gérer leur "charge émotionnelle".

pole emploi hippodrome 2
Pôle Emploi veut recruter des chargés de zénitude, pour apaiser les demandeurs d’emploi, dans plusieurs agences d’Occitanie, dont celle de l’hippodrome à Toulouse. / Crédit photo Gael Cérez

Aujourd’hui en France, les demandeurs d’emploi subissent plus de contrôles, voient leurs indemnités chômage se réduire et ont plus de risques d’être radiés de Pôle Emploi. Une situation qui devrait encore se durcir avec la réforme de l’assurance chômage en préparation. Ces sources de stress, les chômeurs doivent les aborder avec zen, à en croire une étrange initiative de Pôle Emploi en Occitanie, mise au jour par nos soins.

L’établissement public a en effet lancé le recrutement de « chargés de mission en relation interpersonnelle » pour six de ses agences dont Toulouse. Sont recherchées des femmes ou des hommes « de terrain » dont la mission sera d’amener « le demandeur d'emploi à comprendre l'intérêt d'opter pour un dialogue apaisé avec tous ses interlocuteurs », indique l’annonce. Ces médiateurs y sont présentés comme des « spécialistes de la gestion de conflit ».           

La suite de cette offre d'emploi étonnante -

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

A l’occasion de la journée de la presse indépendante, profitez de ce week-end portes ouvertes pour lire cet article et tous les autres :

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers.


Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Solenne Durox