Sites pollués en Occitanie : la FNE dénonce le silence de l’État

L’association France nature environnement a demandé à la Dréal de rendre publiques les études environnementales et sanitaires concernant une dizaine de sites lourdement pollués en Occitanie. Face à son silence, elle va devoir saisir la commission d’accès aux documents administratifs pour que la population soit informée des risques.

carte geoderis midipy
Carte des sites à risques pour la population et l’environnement. / Crédit photo Géodéris

Saint-Benoît-de-Carmaux, Sentein, Pierrefite, Asprière… Ces communes ne vous disent peut-être rien, mais elles figurent dans le triste inventaire des sites les plus pollués de l’ex-région Midi-Pyrénées édité par Géodéris, un cabinet d'études dépendant du ministère de la transition écologique et solidaire. 

Au nord d’Albi, Saint-Benoît-de-Carmaux, par exemple, a fait parler d’elle en mars 2021 quand des bénévoles de l’association Nature ont découvert des hydrocarbures s’écoulant depuis les berges dans la petite rivière du Cérou. Les images, tournées par France 3 Occitanie, parlent d'elles-mêmes…

https://www.youtube.com/watch?v=cgoq7wnxmOc

Alerté, l’Office français de la biodiversité s’est rendu sur place pour identifier les causes de la pollution. L’enquête judiciaire est toujours en cours. « Elles sont complexes et longues à mener, car il n’est pas facile de déterminer la causalité entre la pollution et le site d’origine », explique Lou Fradkin, chargée de mission à France nature environnement (FNE).

Pour la FNE, il faudrait chercher du côté de l’ancienne cokerie de la commune. Celle-ci a été le théâtre de plusieurs accidents, dont l’explosion d’un réservoir de goudron en 1963 ou une fuite d’arsenic en 1989, année de sa fermeture. En 2010, des « écoulements huileux et blanchâtres » ont été constatés dans le Cérou au niveau du site industriel désaffecté. Cependant, aucune mesure de la qualité de l'eau n'a été réalisée, selon le ministère de la Transition . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Gael Cérez