Larzac, Verts, fauchage d’OGM : Dominique Plancke, une vie d’engagements

Après Jean-René Lecerf et Marie-Christine Blandin, Mediacités poursuit sa série de grands entretiens avec Dominique Plancke. Figure tutélaire des écologistes du Nord, membre fondateur des Verts en 1984, il revisite pour nous près de cinquante ans de luttes inlassables.

Plancke3
Né à Lille en 1957, Dominique Plancke a participé à la fondation des Verts en 1984. Il a été secrétaire national du parti de 1993 à 1995. Photo : collection personnelle DP.

Votre engagement politique remonte à l’année 1976, date à laquelle vous vous engagez contre l’extension du camp militaire du Larzac aux côtés de José Bové. Quels souvenirs en gardez-vous ?
En 1976, j'ai 19 ans. Je tombe sur une petite annonce pour un job d’été parue dans La Gueule ouverte [un hebdomadaire « d’écologie politique et de désobéissance civile », NDLR]. Elle avait été rédigée par un couple installé dans une ferme du Larzac, l’une de celles qui avaient été rachetées par l’armée à Montredon. J’arrive là-bas au début du mois d’août. Il n’y avait pas de route jusqu’à la maison, ni eau ni d’électricité… Les gens pour qui j’allais travailler n’avaient pas un rond : c’était José Bové, sa compagne de l’époque et leur petite fille de neuf mois. Après l’été, je suis revenu dans le Nord pour faire une école d’éducateur spécialisé. Mais tous les deux ou trois mois, le week-end, je retournais au Larzac.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 12 minutes

Par Clémence de Blasi