Quand l’hôpital Lyon-Sud a cherché des volontaires pour travailler dans les services de réanimation, Marie* n’a pas hésité. Habituellement en bloc opératoire, cette infirmière en poste aux Hospices civils de Lyon (HCL) depuis vingt ans a rejoint les 24 infirmières anesthésistes mobilisées dès le 16 mars dans la lutte contre le Covid. Leur profession fait partie des plus adaptables aux contraintes de la réanimation. « On sait utiliser un respirateur, gérer un patient intubé et les médicaments correspondant aux défaillances respiratoires. Nous avons moins besoin d’être formés que d’autres », explique-t-elle.      

En quelques jours, Marie et ses collègues se mettent à jour sur des logiciels et des procédures spécifiques. En parallèle, neuf lits de réanimation supplémentaires sont installés avec le matériel des blocs opératoires, presque tous mis à l’arrêt dès la mi-mars (à l’exception des urgences et de la cancérologie). « Les équipes techniques ont fait un travail de titan », indique-t-elle. Le 19 mars, les premiers patients Covid sont accueillis à Lyon-Sud, l’un des pôles lyonnais de traitement de l’épidémie avec l’hôpital de la Croix-Rousse et l’hôpital Edouard Herriot.
Moments de pression et accalmies
« Cette première semaine a été la plus anxiogène », raconte l’infirmière. Tout le monde doit revoir son organisation. Alors qu’elle travaille habituellement en horaire de journée, elle effectue désormais des « séries » composées d’une journée de travail (6h45-19h15) suivie de la nuit du lendemain (18h45-7h15). « On devait être hyper . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Mathieu Périsse
Mathieu Périsse collabore avec Mediacités Lyon depuis juin 2017, convaincu de la nécessité d’une information locale indépendante et percutante. Lyonnais de naissance, il a d’abord travaillé pour la radio (Radio France, RTS), notamment lors de reportages longs-formats à l’étranger (Afghanistan, Biélorussie, Chypre, Burkina Faso…). Membre du collectif de journalistes We Report, il écrit régulièrement pour Mediapart, journal pour lequel il a enquêté pendant un an sur la pédophilie dans l’Eglise catholique (également en lien avec Cash Investigation).