La hausse spectaculaire du nombre de personnes vivant seules dans leur logement, les effets du développement d’une plateforme de covoiturage comme BlaBlaCar sur les déplacements urbains, la hausse de l’abstention au fil des scrutins municipaux, la multiplication des évènements de courses à pieds, les conséquences de la périurbanisation sur le parc de logements, l’évolution du profil des glaneurs sur le marché de Talensac… Voici, pêle‐mêle, quelques un des sujets abordés dans l’Atlas social de la métropole nantaise, dont les premières planches ont été mises en ligne cette semaine. A terme, ce projet mené par une équipe pluridisciplinaire de chercheurs en sciences sociales mais aussi d’urbanistes ou d’architectes, en comptera près d’une centaine. Toutes écrites dans un même ambitieux objectif : passer au delà du miroir tendu par les clichés, les a‑priori ou les beaux discours de la communication territoriale, pour « tenter de mettre au jour les logiques sociales qui permettent de comprendre les structures d’organisation de …

Il vous reste 76% de cet article à découvrir !
Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d’abonnement.
Ou bien apprenez‐en plus sur Mediacités…
Si vous êtes déjà abonné, connectez‐vous.

Mediacités c’est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 300 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !
Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.