Julia Cagé : « Les donateurs bénéficient davantage de l’écoute des candidats »

[LES ENTRETIENS DE L’ÉTÉ] - Pour Julia Cagé, professeure d’économie à Sciences Po Paris, les préférences politiques des classes supérieures seront encore favorisées par l'Etat à l'occasion des élections municipales. Elle propose ses solutions pour rendre le financement de la vie politique plus égalitaire.

JULIA CAGE 3
Julia Cagé à Paris, le 25 juin 2019. Photo : Sylvain Morvan

Julia Cagé est professeure d’économie à Sciences Po Paris. Elle s'est intéressée à l'économie des médias (Sauver les médias : capitalisme, financement participatif et démocratie, Le Seuil, 2015) avant de se pencher sur le financement des partis politiques et des campagnes électorales en France (Le Prix de la démocratie, Fayard, 2018). L'association de lutte contre la corruption Anticor lui a remis un Prix d'éthique en 2019 pour avoir « avancé des propositions ambitieuses » et ouvert « des perspectives nouvelles pour résister à l’épuisement démocratique ».

Dans votre dernier livre, Le Prix de la démocratie, vous dressez un constat cinglant : l'Etat subventionne les préférences politiques des Français les plus aisés. Comment est-ce possible ?

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 10 minutes

Par Sylvain Morvan