« Les principes de l’éthique publique ont vocation à s’appliquer au secteur privé »

Alors que l’Observatoire de l’éthique publique tient son université d’été du 16 au 18 septembre à Lille et Roubaix, Raphaël Maurel et Mathias Amilhat décryptent pour Mediacités la lame de fond pro-éthique qui bouscule le secteur public et le monde des entreprises.

Dessin tribune Stop Corruption-1000 pix
Illustration Jean-Paul Van der Elst

Votre université d’été est intitulée « De l’éthique publique à l’éthique des affaires ». Pourquoi ce glissement ? Qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser à l’éthique des affaires ? 

Raphaël Maurel : Plus qu’un glissement, c’est une ouverture de nos travaux à un domaine qui nous semble intimement lié à l’éthique publique. L’idée que nous défendons, c’est qu’il n’y a qu’un pas entre éthique publique et éthique des affaires. L’une des raisons est que les acteurs publics font aussi des affaires, certes publiques, mais des affaires. Les principes de l’éthique publique ont donc vocation à s’appliquer au secteur privé. De plus, l’éthique des affaires a pris une importance particulière dans l’opinion avec la visibilité croissante de nombreux scandales (Nike et le travail des enfants, l’effondrement du Rana Plazza au Bangladesh, le diesel‐gate de Volkswagen…). Cela a un impact très fort sur le consommateur qui est de plus en plus exigeant en matière d’éthique et aussi sur la chaîne de valeurs interne à l’entreprise. Il veut savoir d’où les produits viennent, comment ils sont fabriqués… La conséquence est que tout cela finit par devenir une affaire publique. Et les gouvernements et les élus sont amenés à se positionner. D’où notre intérêt croissant pour l’éthique des affaires. 

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 5 minutes

Favorite

Propos recueillis par Jacques Trentesaux