« Il faut réorienter notre politique de santé publique pour se préparer aux pandémies »

Optimisé à l'excès pour les pathologies chroniques, le système hospitalier n'est pas adapté à la gestion des pandémies, selon le sociologue de la santé François Sicot. Face à la réémergence de ce risque sanitaire, il faudrait adopter les dispositifs de biosécurité et de surveillance sanitaire mis en place dans plusieurs pays du Sud-Est asiatique.

hôpital confiné
Selon le sociologue de la santé François Sicot, l’hôpital doit s’adapter au risque épidémique réémergent. / Illustration : Jean-Paul Van der Elst

En France, les dernières épidémies majeures remontent à la grippe asiatique entre 1956 et 1958 (15 000 morts environ) et à la grippe de Hong-Kong entre 1968 et 1970 (50 000 morts environ). Plusieurs décennies plus tard, et au-delà du manque de moyens, notre système de santé est-il adapté à la prise en charge de ce genre de pathologies ?

François Sicot : Il faut distinguer deux choses pour répondre à cette question. D’abord notre système de santé a été rendu très vulnérable à toute augmentation subite des besoins de soins,

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Propos recueillis par Armelle Parion