Procès pour fraude fiscale : en appel, le maire de Roubaix clame son innocence

Devant la cour d’appel de Douai, la plupart des élus de Roubaix ont reconnu leurs torts, plaidant la naïveté et la bonne foi. Seuls Guillaume et Caroline Delbar contestent fermement leur implication. Compte-rendu de la première des deux journées de procès.

2024-02.Delbar Procès appel
Le maire de Roubaix, Guillaume Delbar, a comparu assis pour raison de santé, le 5 février, devant la Cour d'appel de Douai. Photo DR.

Ils n’étaient plus que sept prévenus, ce lundi 5 février à la cour d’appel de Douai, pour répondre des accusations de « fraude en bande organisée » et « d’abus de bien social » dans ce dossier de détournement de financement de partis politiques à des fins personnelles. Sept personnes désireuses d’obtenir plus de clémence de la justice après les lourdes condamnations prononcées lors du procès de première instance. La mère du maire de Roubaix Guillaume Delbar, par exemple, s’est désistée quelques jours avant l’audience…

Si tous les prévenus ont reconnu leur implication dans ce système de remboursement très particulier (lire l’encadré ci‐dessous), la ligne de défense diffère selon les protagonistes. Ainsi, Guillaume Delbar et sa femme, Caroline Delbar, ne reconnaissent pas leur culpabilité. Ils considèrent que leurs remboursements étaient justifiés par des frais engagés dans le cadre de leurs activités politiques. Les autres prévenus font, à l’inverse, amende honorable. Ils reconnaissent l’enrichissement indu, plaident la naïveté et espèrent obtenir la clémence des juges.

Pour eux, l’enjeu est surtout de limiter le montant des pénalités. Car, en plus de l’amende pénale, les condamnés font l’objet d’un redressement fiscal avec 80 % de pénalité ! Conséquence ubuesque : ils doivent aussi rembourser les micro‐partis impliqués (Vivement Demain, puis Vive Autrement Localement) car l’argent que ces derniers leur ont versé via une association écran n’est pas conforme à leur objet social …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Favorite

Par Pierre Januel