Pourquoi Mediacités a publié l’information de la condamnation du maire de Rillieux-la-Pape

Fallait-il porter à la connaissance de nos lecteurs la condamnation d’Alexandre Vincendet, en novembre 2020, pour des « violences sur mineur » alors que ces faits relèvent de la vie privée ? Après mûres réflexions, nous avons décidé que oui. Voici pourquoi.

14

Voici plus d’un an que notre rédaction lyonnaise a eu connaissance, pour la première fois, de rumeurs sur Alexandre Vincendet. Elles insinuaient que le jeune maire de Rilleux-la-Pape et président des Républicains du Rhône ferait preuve d’un comportement violent au sein de sa famille. Plus récemment, les rumeurs sont devenues insistantes et des « informations » erronées ont commencé à circuler sur le maire de Rillieux-la-Pape.

Fin novembre, certains habitants ont colporté le bruit selon lequel l’absence du maire lors de l’inauguration de l’exposition-événement du Louvre « Arts de l’Islam » à la médiathèque de la ville s’expliquerait par une convocation pour garde à vue… Vérification faite, il n’en était rien. Mais entre ceux qui affirment avoir vu « des photos », ceux qui disent avoir assisté à telle ou telle « scène » à la sortie de l’école, ces rumeurs ont installé un climat politique local délétère. C’est ce qui nous a poussé à agir.

Mediacités a-t-il construit son enquête sur la base de ces seules rumeurs ? Non. Nous avons enquêté et cherché à tout vérifier. Notre journaliste a passé des heures à recouper les données recueillies. Et nous sommes peu à peu passés d’un « faisceau d’indices » à une information. Notre article fait ainsi état d’une décision de justice d’ordre public : la condamnation, le 18 novembre 2020, du maire de Rillieux-la-Pape pour « violences sur mineur, sans incapacité, par un ascendant ». Il n’élude aucun aspect : cette condamnation n’a pas fait l’objet d’une inscription au casier judiciaire ; Alexandre Vincendet n’a pas fait appel ; il a suivi un stage de responsabilité parentale alors qu’il aurait pu le refuser en payant une amende de 1 200 euros.

Notre article donne bien entendu la parole à Alexandre Vincendet pour qu’il s’exprime sur cette condamnation et livre sa version des faits. Dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux, l’élu nous reproche en substance d’avoir participé à « répandre de sordides rumeurs ». C’est tout l’inverse : notre article se base sur des faits et se garde de tout sensationnalisme. Il divulgue des informations d’ordre public qui permettent justement de couper court aux ragots.

Dans ce même communiqué, le maire affirme qu’« il n’y a aucune enquête en cours d’instruction concernant [s]a famille » et nous accuse « d’allégations mensongères ». Ce mardi 7 décembre, à 10 heures, le tribunal judiciaire de Lyon nous confirme à nouveau qu’une procédure pour « mauvais traitements » et « violences sur mineurs » visant le maire de Rillieux-La-Pape pour des faits datant du 17 juin 2020 est toujours « en cours d’orientation ». Concrètement, cela signifie que le parquet n’a pas encore décidé si cette affaire serait classée ou jugée [lire la note d’actualisation, ci-après, du 7 décembre, 17h].

Mediacités maintient donc intégralement ses informations. Nous réaffirmons aussi qu’il était justifié de publier l’article intitulé « Rillieux-la-Pape : ce qui se cache derrière les rumeurs sur Alexandre Vincendet ». S’il s’engage sur le terrain de la vie privée d’Alexandre Vincendet, il revêt indéniablement un caractère d’intérêt général dans la mesure où la situation personnelle du maire parasite la vie municipale.

Actualisation 7 décembre, 15h20 – Le parquet de Lyon nous a confirmé la condamnation, le 18 novembre 2020, par le tribunal correctionnel de Lyon « dans le cadre d’une procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité » d’Alexandre Vincendet à effectuer, à ses frais, un stage de parentalité pour avoir commis le 6 mars 2020 des faits de violences n’ayant entrainé aucune incapacité totale de travail sur mineur ». « L’intéressé a reconnu avoir commis ces faits de violences sur son fils âgé de 5 ans, à la suite d’une altercation l’ayant opposée à son épouse, précise le parquet. Le stage de parentalité a été réalisé par l’intéressé le 23 mars 2021. » 

Par ailleurs, le parquet confirme que suite à une plainte déposée par Morgane Vincendet, le 13 octobre 2021, une nouvelle enquête avait été ouverte pour « des chefs de violences volontaires par ascendant sur mineur de 15 ans ». « En l’absence d’éléments permettant de confirmer la réalité des faits dénoncés », la procédure a fait l’objet d’un classement sans suite le 30 novembre dernier.

Actualisation 7 décembre, 17h – D’après le parquet de Lyon, Alexandre Vincendet a fait l’objet de deux procédures : celle qui a abouti à une condamnation en novembre 2020 et celle, ouverte après la plainte du 13 octobre 2021, qui a abouti à un classement sans suite. Pour autant, ce matin même, les services du tribunal judiciaire de Lyon faisaient état d’une autre procédure « en cours d’orientation » pour des faits datant de juin 2020. « Très certainement, cette procédure a été jointe à la première [celle de la condamnation] et l’information n’a pas été transmise ou prise en compte par le greffe du tribunal judiciaire », nous a répondu le parquet dans l’après-midi, en nous promettant de confirmer ce point-là. Nous sommes toujours dans l’attente de son retour.

Si vous souhaitez nous adresser des documents en passant par une plateforme sécurisée et anonymisée, rendez-vous sur pals.mediacites.fr

Point final.

Jacques Trentesaux
Je suis tout à la fois le directeur de la rédaction et le président de Mediacités, que j’ai co-fondé avec plusieurs anciens collègues du groupe L’Express fin 2016. Nordiste d’origine, j’habite Paris mais j’ai à cœur de revenir dans ma région natale pour y enquêter autant que mes autres fonctions m’en laissent le temps. Avant Mediacités, je suis passé par La Croix, Liaisons sociales, Les Echos et L’Express, où j’ai notamment occupé le poste de rédacteur en chef de la rubrique Régions. Je n’aime rien tant que « sortir du périphérique parisien » pour aller sur le terrain afin de comprendre les réalités du pays.
Voir ma déclaration d’intérêts

14 COMMENTAIRES

  1. Bonjour je suis Georges Vincendet Journaliste d’un investigation depuis 40 ans . Il est important pour vous d’avoir une opinion sur des rumeurs. MAIS DES RUMEURS RESTENT DES RUMEURS. les faits et rien que les faits. Avez vous des preuves et de certitudes ? Il est certains que vu les financements de votre journal vous besoin de faire du Buzz et de ramener des lecteurs !!! et sauver votre parution
    Cher confrère donnez aussi toutes les décisions de justice qui ont été spécifiées. Vous ne le faites pas ce n’est pas bien !!!
    Vous faites de l’investigation soyez de vrais journaliste et pas de simples rats de poubelles…
    Cordialement
    Georges VINCENDET
    je suis le père d’Alexandre
    je ne me cache pas !!

    • Bonjour, les faits rien que les faits, en effet. C’est bien la démarche de notre journal en publiant l’information de la condamnation du maire de Rillieux-la-Pape. Sans céder au buzz ou aux invectives.
      Cordialement,
      Nicolas Barriquand / Mediacités

      • bonjour je ne pense pas cher confrère.. Oui enquêtez !! prouvez les faits réels .. ET LES RUMEURS… LES BRUITS DE CHIOTTES…40 ans de journaliste toujours en activité .Si en travaillant comme cela je me serai fait virer….ET VOUS LE SAVEZ
        Cordialement
        Georges VINCENDET

        • C est normal vous défendez votre cher et tendre fiston qui le porte sur le visage que c est un homme colérique et mauvais peut être tel père tel fils le progrès de lyon.a confirmé les faits de violence sur sa femme et son fils les personnes comme votre fils n ont pas leur place au sein de la mairie il devrait démissionner

    • Bonjour “Jarl” : seule, cette information (la procédure “en cours d’orientation”) n’avait peut-être pas lieu d’être publiée. Dans la mesure où l’article aborde une condamnation pour des faits du même ordre, nous aurions été fautifs de ne pas la signaler.
      Cordialement,
      Nicolas Barriquand / Mediacités

  2. Cher confrère le cours d’orientation a été signalée… ET OUI !! Pas très bon dans votre travail !!
    Au fait avez vous pensé à un enfant de 5 ans qui est impliqué indirectement dans votre papier ? Je ne pense pas ?
    Cordialement
    Georges Vincendet

  3. Que l’on soit homme public ou simple citoyen, frapper un enfant est aujourd’hui condamnable. Ne rien dire lorsque l’on sait relève de la non assistance à personne en danger.
    Je suis personnellement du côté du plus faible, et dans cette histoire il s’agit de l’enfant. J’espère que toute la vérité sera faite et que les réseaux d’influence laisseront la justice agir comme il se doit.
    Je note qu’il y a quand même eu une condamnation.
    Et je doute qu’en France, aujourd’hui m, un père soit condamné pour une simple fessée.

  4. Je ne suis pas du même bord politique qu’Alexandre Vincendet, loin s’en faut … mais là, vraiment, vous êtes tombés bien bas à Mediacités ! Vous avez une curieuse conception du journalisme d’investigation …
    Je pensais que ce genre d’article était réservé à d’autres torchons …
    Dommage de faire cette dérive.

    • J ai toujours su qu au sein de la mairie mr vincendet Alexandre aurait des suceurs de boules comme il le dit lui même d ailleurs ici a rillieux tout le monde lui fait des courbettes et il ne supporte pas qu on s oppose à lui d ailleurs sa femme et son fils en ont fait les frais il a été condamné pour cela les faits sont là que ça vous plaise ou non

  5. Comment faire le buzz pour Médiacités qui se rêve Mediapart : par la diffamation et la calomnie.
    Clémenceau disait d’un président mort dans les bras de sa maitresse : il se voulait César et il fini Pompé. Médiacités aura le même destin.

  6. Bravo Médiacités, les citoyens doivent savoir qui sont les politiques ; les électeurs doivent savoir pour qui ils votent, surtout lorsque la justice statue. C’est ce que l’on demande aux médias, sinon qui le fera ?

  7. soutient total à la rédaction! c’est exactement le genre d info pour lequel vous devez exister
    les gens ont le droit de savoir que non seulement le type et réactionnaire (facho compatible) mais aussi violent

  8. Bonsoir,
    Merci à vous Ça nous change des médias politique qui lèchent les bottes, vous avez révélé une vérité avec éthique, J’habite Rillieux depuis 55 ans, et j’ai déjà vu Monsieur Vincendet menacer les gens et leur faire peur c’est ces méthodes. Il est pris la main dans le sac et il continu à mentir mais c’est quoi ce monde et heureusement que des journalistes comme vous dénoncent ses actes, alors que d’autres journalistes participe à ses mensonges, y’en marre de ceux qui ce pensent au-dessous de tout, une condamnation sans plainte au préalable, c’est pire alors ! Ou je ne comprends rien! et il veut nous faire croire à une fessée, il nous prends vraiment pour des abrutis. Surtout qu’à Rillieux on le sait exubérant, arrogant, violent, menaçant sous ses airs d’apparences trompeuses et qu’il est prêt à tout comme les politiques. C’est toujours comme ça malheureusement. Les gens se taisent par peur et représailles pour certains et les autres suivent comme des moutons pensant qu’il leur donnera des miettes. C’est envers la maman et l’enfant que vont mes pensées, elle protège son enfant, de son père tristement nous devrions prendre exemple sur sa force et son courage. Combien de femme subissent des années sans rien dire par peur. Que Dieu les protèges tous les deux. Et je veux juste rappeler aux gens que le jour de notre jugement nous serons face à Dieu pour rendre compte de ce que nous avons fait. Que personne n’oublie ça ! Je savais pas qu’il avait son père nous l’avons jamais vu c’est bizarre il sort d’où!

Réagir à l'article

Merci d'entrer votre commentaire !
Merci d'entrer votre nom ici