Le combat de Xavier Bertrand contre les éoliennes, commencerait-il à porter ses fruits ? La DREAL (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement) envisage en effet de prendre en compte la notion de « saturation des paysages » pour autoriser ou non l'installation de nouvelles éoliennes. Ce critère ne fait pas partie de la réglementation actuelle. « Nous travaillons avec les porteurs de projets pour prévenir le phénomène et nous étudions la jurisprudence pour voir s'il peut devenir un motif de rejet d'un dossier », a expliqué, jeudi, le directeur de la DREAL, Vincent Motyka, à l'occasion de la présentation du bilan d'activités annuel du service préfectoral.

Pour le président du conseil régional, Xavier Bertrand, comme pour tous ceux qui dénoncent, comme lui, la prolifération des mâts sur le territoire, cette évolution constitue peut-être le tournant d'une féroce bataille. Mediacités a détaillé, la semaine dernière, les raisons de cette hostilité.

Nous avions sollicité, en vain, l'avis de la DREAL pour savoir s'il y avait trop d'éoliennes dans la région. Mais le service de l'Etat chargé d'instruire les dossiers d'installation ne voulait communiquer aucun chiffre récent avant la prise de parole officielle de son directeur sur les installations classées pour la protection de l’environnement. Le verdict ? Quelque 182 demandes d'implantation d'éoliennes ont été déposées entre août 2014 et novembre 2017. Soit autant de dossiers que pour toutes les autres activités industrielles. Les Hauts-de-France concentrent ainsi 30 % de l'ensemble des . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les -3% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.