Soixante-quatre ans et un mois de gratuité... Le 7 octobre 2016, le conseil municipal de Lille mettait fin à une longue tradition locale en rendant payant le parc zoologique qui était gratuit depuis son ouverture, en 1953. A partir de mai 2017, seuls les habitants de Lille et de ses communes associées (Lomme et Hellemmes) continueront à en profiter sans verser un euro. Et les autres ? Il leur reste tout juste un mois pour aller admirer les espèces qui y sont “exposées” sans bourse délier. Passé ce délai, ils devront verser 4 euros par adulte et 2 euros par enfant de plus de 4 ans pour pénétrer dans le premier site touristique des Hauts-de-France, qui draine chaque année entre 850 000 et un million de visiteurs.

Pourquoi une telle différence de traitement ? Tout simplement parce que le zoo coûte cher : 1,5 million d’euros de frais de fonctionnement et 80 000 euros d’investissement par an. Et que la charge pèse uniquement sur le budget de la ville de Lille, alors que ses habitants ne représentent que 20% des visiteurs. Pas étonnant, dès lors, que l’idée d’une entrée payante traîne dans les esprits depuis longtemps. D’autant plus, qu’à la différence d’une autre arlésienne – la remise en eau du Vieux-Lille et ses hypothétiques balades en barque -, ce changement rapportera de l’argent au lieu d’en coûter.

Selon ses estimations, la Ville espère récupérer entre 200 000 et 250 000 euros par an grâce à cette mesure. Pas davantage, serait-on tenté de dire ? Une simple règle de trois permet de penser que si 680 000 . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 73% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.