Un an seulement après avoir été racheté par Gérard Lopez, le LOSC se trouve dans l’incertitude la plus complète. Sportivement, le club se traîne à la 19e place du classement, en position de reléguable. Et la DNCG, le gendarme financier du foot français, est tellement inquiète qu’elle a pris, en décembre, une mesure de rétrogradation à titre conservatoire. Une double menace qui a obligé le nouveau propriétaire, successeur de Michel Seydoux, à accorder une interview le 16 février à La Voix du Nord pour tenter de rassurer partenaires et supporters. A-t-il été convaincant ? Mediacités revient en quatre questions sur la situation et l’avenir du club tels qu’ils ont été évoqués par l’homme d’affaires hispano-luxembourgeois.       

1- La menace de rétrogradation de la DNCG était-elle vraiment inattendue ?

« C’est vrai, j’ai été surpris de la décision », affirme Gérard Lopez à La Voix du Nord. On peut en douter. Le club est en effet sous surveillance depuis le départ. « On s’était déjà posé beaucoup de questions sur le . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 80% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous pour 6,90€/mois ou 59€/an.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.