Gérard Lopez, repreneur du Losc, est un adepte des montages opaques et des sociétés offshore, comme l'a montré l'enquête de Mediapart, Mediacités et France 3 Nord-Pas-de-Calais sur ses activités dans le milieu du football. C'est aussi ce que démontre sa reprise de l'écurie de Formule 1 Lotus, qui s'est terminée par un gigantesque fiasco financier et par une enquête judiciaire au Luxembourg.

En 2008, Gérard Lopez fonde la société d'investissement Genii Capital au Grand-Duché avec son ami d'enfance Eric Lux, un promoteur immobilier luxembourgeois. Les deux hommes créent aussi à l'époque une agence de gestion de carrière de pilotes, Gravity Sport Management (GSM), et une holding destinée à racheter une écurie, Gravity Racing International (GRI). Mais avant d'être revendues à Genii Capital, ces deux sociétés appartenaient à Eric Lux et à la société luxembourgeoise Espasande, elle-même détenue par deux sociétés écran immatriculées au Panama, baptisées Woodhenge et Xen Investments Corp. Gérard Lopez est-il l’un des bénéficiaires économiques de ces deux structures ? « Oui, répond le millionnaire, via son avocat. Genii Capital a simplement été créée postérieurement à GSM et GRI. »  Pas de réponse, en revanche, sur la raison pour laquelle le businessman est passé par ces mystérieuses sociétés panaméennes... Woodhenge et Xen Investments possèdent près de 90 sociétés au Luxembourg, dont bon nombre ont été curieusement dissoutes ou liquidées à la fin des années 2000. Difficile de faire plus opaque...

Salaires impayés

En 2010, Genii rachète pour 5,3 millions d'euros Renault F1, bas . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 75% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous pour 6,90€/mois ou 59€/an.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.