Programmer un nouvel hypermarché dans le quartier de Lille-Sud, est-ce bien raisonnable ? Le 2 février dernier, Mediacités s’interrogeait en conclusion d’un article consacré au montage financier alambiqué du projet Lillenium. Pour ne pas laisser cette question sans réponse, nous avons donc poursuivi l’enquête. Et effectué de savantes – et instructives – additions… La métropole européenne de Lille (MEL) compte déjà douze ensembles commerciaux organisés autour d'un magasin géant à dominante alimentaire sur son territoire. "Génie" fondateur de la grande distribution, le groupe Mulliez a particulièrement quadrillé la terre de ses premiers pas avec cinq « constellations Auchan » à Englos, Roncq, Leers (respectivement 3e, 4e et 9e hypermarchés de France en chiffre d'affaires, toutes marques confondues) mais aussi à Villeneuve d'Ascq et Faches-Thumesnil. Les autres complexes sont tenus par Carrefour (trois), Cora (deux), Casino (un) et Leclerc (un).

La saturation guette. Car ces "big twelve" ne résument pas à eux seuls l'offre de la grande distribution. Dans le territoire grand-lillois, on compte également douze établissements de plus de 2500 m2. Soit, un total de 24 hypermarchés. Un chiffre record pour les métropoles françaises - hors Paris. Mieux ! La MEL est aussi en première position en France (hors métropole du Grand Paris) pour les supermarchés (c’est-à-dire les surfaces comprises entre 400 et 2 500 m2). On en recense 199 sur son territoire, quand le deuxième du classement, la métropole d'Aix-Marseille-Provence, n'en compte que 149. Quant aux grandes surfaces spécialisées, ces grosses "boîtes" de bricolage, d'électrom . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 74% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.