Les pics de pollution ont une nouvelle fois émaillé l’hiver dernier et, à coup sûr, ils ne manqueront pas de refaire la Une pendant l’été. A chaque fois, ils relancent les débats sur la piètre qualité de l’air dans la métropole et sur les mauvaises habitudes des Lillois, pas assez enclins, selon les autorités, à laisser leur guimbardes au garage et à abandonner la coupable flambée du dimanche soir… Reléguant dans l’ombre la pollution industrielle. Celle-ci est pourtant loin d’être anodine sur notre territoire et, comme l’a découvert . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire la suite de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.