Ce dimanche 14 juin 2015 au matin, le déploiement de forces est impressionnant. Pas moins de 230 gendarmes et huit équipes cynophiles sont mobilisés pour mettre au jour les activités présumées criminelles du chapitre lillois de Chosen Few MC France, une bande de motards soupçonnés de violences et de trafics en tout genre. Bilan des opérations : 24 interpellations, 15 gardes à vue, 11 mises en examen, 8 détentions provisoires et 3 placements sous contrôle judiciaire. A cela s’ajoutent d’innombrables saisies d’objets (armes, cannabis, insignes néo-nazis, 48 000 euros en espèces…). Les chefs de mises en examen sont nombreux (association de malfaiteurs, trafic de stupéfiants, transport d'armes en bande organisée, recel et extorsion). Peines maximales encourues ? 10 ans de prison et 7,5 millions d’amende.                  

Les propos du procureur de la République, Frédéric Fèvre, sont sans équivoque : « C'est une organisation très structurée qui fonctionne par l'intimidation et la terreur. » La mort . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 80% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous pour 6,90€/mois ou 59€/an.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.