En tentant de dresser la carte des site industriels pollués de la métropole lilloise, Mediacités s’est heurté à un véritable mur de silence... et parfois d'ignorance. Dans certains cas, comme celui de l’ancienne friche PJT Industries, à Tourcoing - où s’est entre autre construit des locaux scolaires - aucun traitement de dépollution n’a été mis en oeuvre et aucune autorité publique n’a de trace des analyses que le propriétaire dit avoir réalisées. Pourtant, des permis de construire ont bien été délivrés pour des logements (au 105 de la rue de Lille), une extension du lycée privé EIC, et pour un stade, à l’endroit même où a fonctionné jusqu’en 1998 - et pendant près d’un siècle - une usine de teinture et d’apprêts de tissus.

Le diagnostic des sols, réalisé à l’époque par la Dreal (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement), n’a rien de rassurant. Il relève la présence de deux substances cancérogènes, le trichloroéthylène (TCE) et le perchloroéthylène (PCE), ainsi que du cuivre, de l'arsenic et du plomb. C’est ce qui figure sur la fiche du site dans la base de données Basol, qui recense les sites et sols pollués dans chaque région. De quoi justifier une mise en demeure du préfet au propriétaire - PJT industries - pour remettre le site en état. Probl . . .

Il vous reste 77% de cet article à découvrir !
Profitez de votre 1er mois satisfait ou remboursé
pour lire la suite et 800 autres enquêtes exclusives.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner à Mediacités ?

  • 100% indépendant, seuls nos lecteurs nous font vivre.
  • Aucune pub, jamais !
  • Des enquêtes et révélations exclusives.
  • Soutenez un contre-pouvoir dans votre ville
  • Comprendre les enjeux nationaux par le local.
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !