Bientôt l'épilogue ? Le temps d'examiner de nouveaux documents reçus le 15 janvier et la Cour des comptes décidera, dans les prochains jours, des suites à donner à une discrète enquête lancée en 2016. Elle porte sur le département Relations internationales de l'Institut d'administration des entreprises (IAE) de Lille, l'école de management qui dépend de l'université de Lille. « Les possibilités sont multiples, explique-t-on au sein de l'institution chargée du contrôle des fonds publics. Cela peut aboutir à une simple communication du Procureur général, une transmission au Procureur de la République ou une mise en cause pour gestion de fait auprès de la Cour de discipline budgétaire et financière... » Gestion de fait ? Le terme apparaît précisément dans un audit interne de l'université, qui n'a jamais été rendu public à ce jour.              

Pour comprendre, il faut remonter plus de quatre ans en arrière. En octobre 2014, Anissa Habane est embauchée comme responsable administrative du département Relations internationales de l'IAE, qui gère notamment les délocalisations de diplômes dans des écoles et universités étrangères. On lui remet alors un carton bourré de dossiers non traités concernant des étudiants des promotions antérieures. « Je me rends alors compte qu'il y a un retard monumental dans les inscriptions, se souvient-elle. Et je me dis qu'il va me falloir tout remettre à plat. » Mais au fil des mois, Anissa Habane découvre des choses beaucoup . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 80% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous pour 6,90€/mois ou 59€/an.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.