Printemps 2016. Le Front de gauche est en état de mort clinique. Cette coalition de partis n’a pas produit les résultats attendus dans les urnes, aux départementales comme aux régionales. Pour porter sa candidature à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon tente un coup : il lance un nouveau mouvement, La France insoumise. Plus besoin de cotiser à un parti, il suffit de cliquer pour rejoindre une plate-forme participative. A Lille, le militant Quatennens approuve cette stratégie. « Je n’en pouvais plus des cartels, des intérêts particuliers, de la soupe aux logos : plutôt que de rassembler, il fallait fédérer autour d’un programme », justifie-t-il.
Episode 4 - Une victoire à l’arrachée
La première grande convention nationale de la France insoumise a lieu dans le Nord, à Saint-André-lez-Lille, en octobre 2016. Adrien Quatennens fait tout pour se rendre indispensable. Il se démène et enrôle une centaine de volontaires pour assurer le service d’ordre, gérer les inscriptions, distribuer les repas, encadrer les débats. Il se mobilise avec la même énergie lors du meeting de Jean-Luc Mélenchon à Lille Grand Palais, en avril 2017. Cet activisme séduit le candidat à la présidentielle, touché par le dévouement du jeune Nordiste. Une proximité affective s’installe entre les deux hommes.

Au lendemain de l’élection présidentielle de mai 2017, la décevante quatrième place du général en chef (19,58 % des voix) ne décourage pas le lieutenant Quatennens. Et pour cause. Pendant les législatives, il va mettre ses capacités d’organisation… à son propre service. Il est candidat dans la première circonscription . . .

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Abonnez-vous sans engagement de durée
pour lire la suite et 800 autres enquêtes exclusives.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner à Mediacités ?

  • 100% indépendant, seuls nos lecteurs nous font vivre.
  • Aucune pub, jamais !
  • Des enquêtes et révélations exclusives.
  • Soutenez un contre-pouvoir dans votre ville
  • Comprendre les enjeux nationaux par le local.
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !