Matin, midi et soir, Adrien Quatennens court les plateaux télé et radio. Le député lillois a gagné les faveurs des médias en s’attaquant avec virulence à la ministre du Travail à la tribune de l’Assemblée nationale en juillet 2017, un mois à peine après son élection surprise. Son port altier, son verbe haut, ses cheveux roux coupés en brosse, sa capacité à disserter sur tous les sujets l’ont projeté dans la lumière. Admirateur de Jean-Luc Mélenchon, il est devenu en quelques mois un lieutenant fidèle du vieux leader. Voire un successeur potentiel. Mediacités a enquêté sur le parcours météorique de cet Insoumis pas encore trentenaire.
Episode 1 - Une tignasse rousse à la Croix blanche
Adrien Quatennens n’a pas toujours eu les cheveux en brosse. « Je le revois à 15 ans, avec sa tignasse. Il était grand, très pâle, une rousseur flamboyante. Il portait un keffieh autour du cou. Il avait déjà un look », esquisse Anne Beuscar, sa prof d’histoire-géo en première ES. Le futur député lillois détonne franchement parmi les 2000 élèves de la Croix blanche, un collège-lycée situé à Bondues, banlieue ultra-chic du nord de Lille. Dans cet établissement privé placé sous la tutelle des religieuses du Sacré Cœur de Jésus, les insoumis ne sont pas vraiment légion.

Le jeune Adrien le comprend au printemps 2006. Comme des milliers de jeunes à travers la France, il s’indigne contre le CPE, le « contrat première embauche » inventé par Dominique de Villepin, Premier ministre de Jacques Chirac. Il veut agir : bloquer son lycée, mobiliser ses camarades, descendre avec eux dans la rue ! L’acte fondateur de son parcours militant se solde par . . .

Il vous reste 78% de cet article à découvrir !
Abonnez-vous sans engagement de durée
pour lire la suite et 800 autres enquêtes exclusives.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner à Mediacités ?

  • 100% indépendant, seuls nos lecteurs nous font vivre.
  • Aucune pub, jamais !
  • Des enquêtes et révélations exclusives.
  • Soutenez un contre-pouvoir dans votre ville
  • Comprendre les enjeux nationaux par le local.
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !